Exposition passée
©Sarah Malfilatre, ESAM Caen
Se laisser prendre au jeu
exposition collective
21 mai au 18 septembre 2022

Fanny Alizon, Anne Brégeaut, Tony Durand, Excalibur, Louis Gary, Guillaume Lo Monaco, Sarah Tritz, Maxime Verdier

Avec le concours des galeries : Anne Sarah Bénichou et Sato Gallery

Directement lié au plaisir, parfois perçu comme futile, le jeu est pourtant une activité quotidienne et ce depuis l’enfance. Stimulant notre corps comme notre esprit, il est autant le lieu du divertissement que de l’apprentissage. Quand on joue, on (se) passionne, on (s’)incarne, on (s’)invente, on (s’)exerce, solitairement comme collectivement. 

Se laisser prendre au jeu rassemble les travaux de huit artistes qui font du jeu le point de départ, sinon le cœur de leur pratique. Installée au Radar dont les murs sont ceux d’une ancienne école, l’exposition est pensée comme une vaste cour de récré, où chacun.e laisse libre cours à ses occupations. Le jeu, laissant place à une certaine facétie, est soit visuel soit celui des mots. En brouillant la limite entre la réalité et la fiction, il nous laisse en alerte, prompt.es à tout débordement ou retournement de situation.

L’exposition s’ouvre avec des œuvres qui laissent entrevoir une multitude de narrations possibles. Au rez-de-chaussée, les œuvres de Sarah Tritz, Maxime Verdier et Anne Brégeaut convoquent notre esprit rêveur. Elles poussent les visiteur.euse.s à les suivre dans des mondes imaginaires où histoires fantastiques et personnages intrigants sont mis en scène. Le collectif Excalibur, quant à lui, nous projette – non sans nostalgie – dans l’univers de Nintendo et des bornes d’arcades des années 1980, remodelant la ville de Tokyo comme un potentiel terrain de jeu. 

Les œuvres de Louis Gary s’inspirent de son quotidien et de ses souvenirs. Toujours fictives, elles nous plongent dans des situations qui sont tout à la fois banales, familières, indéterminées et mystérieuses. Rappelant les vignettes de bande dessinée, elles suggèrent un récit perçu par des yeux contemplatifs : ceux d’un enfant qui s’attarde sur les détails qui accrochent son regard. 

À l’étage, l’exposition devient une vaste salle de jeu qui entraîne l’activation de certaines œuvres. D’autres au sol, comme éparpillées, semblent dans l’attente d’être (re)prises en main, prêtes à reprendre ou déployer d’autres histoires, d’être rejouées. Dans les pièces de Guillaume Lo Monaco, sous couvert d’une esthétique colorée et ludique, et d’une installation textile aussi duveteuse que le doudou d’un bambin, la violence du monde des adultes imprègne les jeux d’enfants. Aux murs, les œuvres de Fanny Alizon détonnent par l’abondance d’images dans lesquelles se décèle l’absurdité de notre quotidien. Le travail de Tony Durand, entre jeux de mots et humour noir, travail graphique et utilisation de chutes de matériaux, dessine nos inquiétudes face à la perte de contrôle. 

Avec un humour aiguisé, un sens du décalage ou de la mise en scène, les œuvres présentées bousculent les spectateur.trice.s. Par une pluralité de jeux, elles invitent à devenir acteur.trice de sa propre expérience de visite. Amusante ou troublante, quelque fois grinçante, chacune des œuvres de l’exposition révèle les regards d’artistes sur le monde qui nous entoure, un monde plein de contrastes. Se laisser prendre au jeu est autant une proposition adressée aux enfants qu’à nous, adultes, à se laisser embarquer par les œuvres, à engager une digression, à ranimer l’enfant qui est en chacun.e de nous.


Warning: Undefined variable $id in /home/dhsgrpm/www/tpl/expo.php on line 115

Warning: Undefined variable $id in /home/dhsgrpm/www/tpl/expo.php on line 129

Warning: Undefined property: MModelObject::$ID in /home/dhsgrpm/www/tpl/expo.php on line 139